Etre Chrétien

700 ans avant la venue de Jésus Christ parmi les hommes, le prophète Esaïe annonçait déjà son œuvre sur terre.

Malgré cela, certains attendent toujours le Messie.

Esaïe 53 :
« Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ?
Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire.
Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.
Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.
Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.
Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Eternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.
Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point ouvert la bouche. Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu’il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ?
On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu’il n’eût point commis de violence Et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche.
Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l’œuvre de l’Eternel prospérera entre ses mains.
A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, Et il se chargera de leurs iniquités.
C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, Parce qu’il s’est livré lui–même à la mort, Et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, Parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, Et qu’il a intercédé pour les coupables. »

Le prophète Esaïe annonçait également la réunion de non juifs aux promesses faites au peuple hébreux, l’apparition des chrétiens.

Esaïe 56 :6-8 : « Et les étrangers qui s’attacheront à l’Eternel pour le servir, Pour aimer le nom de l’Eternel, Pour être ses serviteurs, Tous ceux qui garderont le sabbat, pour ne point le profaner, Et qui persévéreront dans mon alliance, Je les amènerai sur ma montagne sainte, Et je les réjouirai dans ma maison de prière ; Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel ; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples.
Le Seigneur, l’Eternel, parle, Lui qui rassemble les exilés d’Israël : Je réunirai d’autres peuples à lui, aux siens déjà rassemblés. »

Esaïe 57 :19 : « Je mettrai la louange sur les lèvres. *Paix, paix à celui qui est loin et à celui qui est près ! dit l’Eternel. Je les guérirai. » *Cité par Paul en Ephésiens 2 :17 : « Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près »

L’apôtre Paul, soixante ans après Jésus Christ, écrit depuis sa prison à Rome à l’église d’Ephèse. Dans sa lettre nous trouvons aussi des enseignements à ce sujet.
Ephésiens 2 :11-13 : « C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme, souvenez–vous que vous étiez en ce temps–là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, en Jésus–Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. »

Paul, quelques années avant sa lettre à l’église d’Ephèse, avait écrit à l’église de Rome.
Romains 5 :8-9 : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons–nous sauvés par lui de la colère. » Dans sa lettre aux Ephésiens, il enseigne que le salut n’a aucun rapport avec les œuvres.
Le concept de salut associé aux œuvres est une fausse doctrine religieuse.
Ephésiens 2 :8-9 :
« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. »

Les chrétiens :

Voyons tout d’abord ce qu’enseigne Jésus à ses disciples avant d’être enlevé au ciel.
Marc 16 :16-18 :
« Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. »

Jésus dit là très clairement que ceux qui auront cru et seront baptisés seront sauvés. Que ces derniers accompliront « en son nom » certains miracles qu’il décrit aussi.

Jésus a donné également à Nicodème un enseignement à ce sujet.
Jean 3 :5 :
« Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. »
Dans les versets suivant nous voyons bien que Nicodème ne comprend pas et interroge Jésus qui continu à lui expliquer. Le baptême d’eau, tout les pharisiens doivent le connaître, c’est celui de Jean le Baptiste qui a fait parler de lui à ce sujet, impossible que ces « docteurs de la loi » ne le connaissent pas, c’est le baptême par immersion.

Le baptême d’esprit, c’est ce qui échappe sûrement par la suite à cet homme qui pourtant devrait le connaître car il est décrit de nombreuses fois dans l’ancien testament. Il est décrit sous sa forme première, l’Esprit de Dieu descendant sur ses serviteurs. Un très bon exemple se trouve en 1 Samuel 10.
Jésus poursuit donc en lui disant :
Jean 3 :12 :
« Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez–vous quand je vous parlerai des choses célestes ? »
Puisque le baptême d’eau est une action, un engagement terrestre connu, Jésus souligne là le fait que le baptême d’esprit (ou de l’esprit, baptisé par l’esprit) est céleste, un don de l’Eternel.

C’est par ce don, l’esprit de Dieu, et au nom de Jésus que les miracles accompagnent ceux qui croient.

Le baptême de l’esprit :

Le baptême de l’esprit dans sa nouvelle forme, se manifeste pour la première fois sur les disciples dans la chambre haute alors qu’ils attendent le consolateur promis par Jésus.
Actes 2 :4 :
« Et ils furent tous remplis du Saint–Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »
Notez la concordance des « autres langues ou nouvelles langues » avec le texte en Marc 16 :17.

Actes 2 :17-18 : « Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes. Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, Dans ces jours–là, je répandrai de mon Esprit ; et ils prophétiseront. »
Les Actes furent rédigés par Luc, compagnon de Paul et médecin. Nous y trouvons ces textes dont le second est un rappel de la prophétie de Joël.
Ce sont de bons exemples avec dans le second, une précision concernant certains dons de l’Esprit.

La Foi :

Nous avons vu en Marc 16 que Jésus dit « celui qui croira », c’est bien de foi dont il est question là, inutile de tergiverser.
L’enseignement de la parole de Dieu nous fait néanmoins découvrir trois types de foi, mais une seule est la foi véritable.

Foi intellectuelle :

Jean 3 :1-2 :
« Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. »
Nicodème dit « nous savons », autant dire qu’ils ont compris. Les pharisiens ont vu les miracles, entendu les enseignements publics, discuté et tenté de piéger Jésus en le questionnant. Après avoir discuté de tout cela entre pharisiens, ils en ont déduit : « nous savons que tu es un docteur (un enseignant) venu de Dieu …»

La suite montre le poids de cette connaissance, cette foi intellectuelle, face à leur orgueil, donne un résultat négatif.

Foi des sens :

Jean 20 :20-25 :
« Thomas, appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint. Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit : Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. »
La suite nous montre que c’est ce qui arrive effectivement, et Jésus lui en fait le reproche.

Jean 20 :29
« Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru ! »
Si Thomas était venu au monde à notre époque, il aurait été difficile d’en faire un croyant.
C’est d’ailleurs le cas, les pays riches sont peuplés de millions de « Thomas ». Civilisations du matérialisme, du paraître, ère du visuel. Néanmoins le Seigneur a des moyens pour intervenir dans ces cas là, le texte le prouve.
J’étais moi-même un « Thomas », et il est intervenu puissamment dans ma vie, par des rêves, des signes, des visions, des prodiges et des miracles.
Tout cela pour m’attirer peu à peu, me guider vers la vraie foi, celle du cœur.
Résultat, c’est souvent un début pour beaucoup.

Foi du cœur :

Romain 10 :10 :
« Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Ecriture: Quiconque croit en lui ne sera point confus. »

Actes 8:36-38 :
« Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. Et l’eunuque dit : Voici de l’eau ; qu’est–ce qui empêche que je sois baptisé ? Philippe dit : Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L’eunuque répondit : Je crois que Jésus–Christ est le Fils de Dieu. Il fit arrêter le char ; Philippe et l’eunuque descendirent tous deux dans l’eau, et Philippe baptisa l’eunuque. »

Ces deux passages de la Parole de Dieu montrent la foi véritable, celle du cœur et son importance pour le baptême.

La foi véritable est indispensable :
Hébreux 11 :6 « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent. »

Mises en garde :

Je ne ferais aucun commentaire sur ces textes, afin que le Saint Esprit fasse son œuvre dans les cœurs.
Colossiens 2 :8-9 :
« Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ. Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. »

2 Timothée 4 :3-4 :
« Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. »

Importance de Jésus :

Hébreux 7 :21-28 :
« Car, tandis que les Lévites sont devenus sacrificateurs sans serment, Jésus l’est devenu avec serment par celui qui lui a dit : Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas : Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l’ordre de Melchisédek. –
Jésus est par cela même le garant d’une alliance plus excellente. De plus, il y a eu des sacrificateurs en grand nombre, parce que la mort les empêchait d’être permanents. Mais lui, parce qu’il demeure éternellement, possède un sacerdoce qui n’est pas transmissible. C’est aussi pour cela qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, qui n’a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, –car ceci, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui–même. En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse ; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l’éternité. »

Les Saints :

Qui sont-ils ?
La aussi les avis divergent …
Mais que nous enseigne la Bible ?

Lévitique 11 :44 :
« Car je suis l’Eternel, votre Dieu ; vous vous sanctifierez, et vous serez saints, car je suis saint ; et vous ne vous rendrez point impurs par tous ces reptiles qui rampent sur la terre. »
Il s’agit là des interdits alimentaires, mais il est tout de même question de se sanctifier pour être saints.

Colossiens 3 :12
« Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien–aimés, revêtez–vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. »
Est-il besoin de préciser que ces textes s’adresse à des hommes et des femmes bien vivants ?

Les saints morts :

1 Thessaloniciens 4 :15-16 :
« Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur lui–même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. »

1 Timothée 2 :5-7 :
« Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus–Christ homme, qui s’est donné lui–même en rançon pour tous. C’est là le témoignage rendu en son propre temps, et pour lequel j’ai été établi prédicateur et apôtre, –je dis la vérité, je ne mens pas, –chargé d’instruire les païens dans la foi et la vérité. »

Ces deux textes éclairent ce point sur deux choses :
– Les morts et les vivants seront rassemblés à la fin des temps, avant de monter au ciel.
– Un seul Dieu et un seul médiateur, ce dernier texte renforçant celui vu précédemment en Hébreux 7.

La prière :

Jacques 5 :13-16 :
« Quelqu’un parmi vous est–il dans la souffrance ? Qu’il prie. Quelqu’un est–il dans la joie ? Qu’il chante des cantiques. Quelqu’un parmi vous est–il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace. »

Pour conclure :

2 Timothée 3 :16-17 :
« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *